Daesung Lee

 

La Forêt Rouge

Only a few part of the story is available in this website.
The whole story PDF(en/fr) could be sent upon a request.


 

 

Il fut un temps où les légendes et la spiritualité vivaient parmi nous.

Dans la vie quotidienne, toute chose avait son esprit,

et nous honorions et craignions la nature.


 

 

 



C’est l’histoire d’une famillede chamanes dans le village de Mikhailnka en Ukraine.

Là bas, vit une petite fille qui protège la Forêt Rouge où Raeclun sommeille.

Les villageois les plus âgés croient toujours fermement en la légende de l’esprit.

L’origine de cette légende n’est pas connue. Pourtant, elle reste vivace dans cette famille et dans le village.

Les traditions chamaniques sont souvent considérées comme de simples superstitions,

des histoires fantastiques, ou des curiosités ethnographiques.

Elles ont disparu au nom de la modernité.

Pourtant, il fut un temps où elles vivaient parmi nous.

C’est l’histoire d’une réalité fragile dans le village de Mikhailnka en Ukraine.


 

 

Il était une fois un esprit de la forêt qui s’appelait Raelcun. 

Endormie dans un sarcophage au plus profond de la terre, 

Raelcun serrait dans ses bras une lampe d’où émanait une lumière verte ; 

elle abritait un phénix.

Une nuit, les villageois virent jaillir de la forêt des rayons de lumière. 

Projetée sur la voûte céleste, elle dessina un arc-en-ciel qui illumina la forêt. 

Enfin libéré, le phénix s’était envolé, planant au-dessus des arbres et du village.

 Les cendres noires tombées de ces ailes de feu plurent sur ceux-ci et les arbres rougirent et moururent. 

Depuis ce jour, les gens appellent cette forêt

« la Forêt Rouge »

 

 

•    •    •

 

 

 

Kateryna souffre de somnambulisme. 

Depuis ses sept ans, certaines nuits, elle se lève et erre dans la forêt.

 

 

« Elle disait qu’elle entendait des voix dans ses rêves. Au début nous n’y avons pas prêté attention. Puis elle a commencé à se lever la nuit, à errer comme une somnambule. J’ai eu un mauvais pressentiment. Je me suis souvenu que notre famille avait toujours compté des chamanes en son sein. C’était, comme qui dirait, une caractéristique familiale que j’avais voulu oublier. », raconte Oleg, le père de Kateryna.

 

 

•    •    •

 

« Les vieux du village croient toujours à la légende de Raeclun. J’ai entendu dire que mon arrière- arrière-grand-mère était somnambule. Et qu’elle a été guérie après avoir été consacrée par le rituel et être devenue chamane. J’ai dû admettre que ma fille avait peut-être le même destin. C’est pourquoi j’ai sorti les outils du rite. Ils étaient restés dans la maison des grand-parents après leur mort. »

 

 

 

•    •    •

 

 

Kateryna et son petit frère accrochent des fétiches aux arbres pour avertir les gens qu’ils ne doivent pas pénétrer dans la Forêt Rouge. Cette tache est une tradition chamanique qui se perpétue dans la famille.

 

 

Jadis il y avait un entrepôt dans le village. Il servait à stocker le sucre de la région avant son transport par chemin de fer aux quatre coins du pays. À l’époque, de nombreux villageois vivaient du stock- age ou du transport du sucre.

 

 

•    •    •

 

Using Format